2001-02

Josep Pla: “...sóc un illòman” (Josep Pla : "…je suis un îlomane")

Les papiers que Josep Pla a écrits sur les Iles Baléares sont nombreux et variés. La fascination que l’écrivain de Palafrugell ressentit pour cet endroit de la Méditerranée, l’impression d’identification immédiate et profonde qu’il y éprouva, ont donné naissance à des textes journalistiques et littéraires depuis le tout début de sa vie professionnelle jusqu’à ses dernières années.

Journaliste et écrivain, voyageur infatigable, curieux impénitent dominé par “la diabòlica mania d’escriure”, il était tout jeune lorsqu’il a commencé à chercher “el genius loci de les illes somiades”. Pour Pla, voyager et écrire formaient un binôme indissociable qui supposait de connaître et de comprendre aussi bien le paysage que les gens de l’endroit qu’il visitait.

Entre les années 1920 et 1970, Pla a voyagé à travers le monde et expliqué ce qu’il y a vu. Profondément localiste, il porta sur toutes choses un regard extrêmement personnel avec l’intelligence poétique qui le caractérisait et avec l’ironie et le scepticisme nécessaires pour vivre au quotidien.

Qu’il parle “del meu país”, de l’Ampourdan ou de Majorque, le résultat est le même, à travers les gens qui y vivent, qu’ils soient célèbres ou simples paysans, il a toujours dessiné un monde précis, concret et bien défini, fait à sa mesure, décrit de façon subjective et avec le regret de ce que l’on perd les années passant.

À Majorque, Minorque, Ibiza, Formentera et même à Cabrera, il a voulu trouver l’essence, la méditerranéité qui avait ravi son âme, l’insularité qui caractérise les gens qui y vivent. Il a cherché à en connaître, en comprendre et en expliquer par écrit l’actualité, les “homenots”, les transformations sociales, culturelles et naturelles.

Cette exposition qui s’est tenue à Majorque, à Minorque et à Ibiza grâce au concours de la Fundació “la Caixa”, réunissait une grande diversité de documents révélateurs de la relation que l’écrivain avait entretenue avec les Iles Baléares.

« Jo sóc un illòman. És, probablement, una malaltia de l’esperit encara no qualificada pels facultatius –un enyorament sempre permanent excitat per la meva solitud vagament misantròpica però recalcitrant. He somniat tota la vida poder passar en una illa qualsevol del Mediterrani dos o tres anys. No ho he pogut resoldre mai. Ara ja és una mica tard però el somni encara dura i durarà, sospito, fins al final. »

Josep Pla. Les illes. OC XX, XV, 10-11.